Avec le partenariat de

DÉPARTEMENT DE CÔTE-D'OR

p16-bulle Président.jpg

Je suis très heureux que le traditionnel rendez-vous des maires de Côte-d’Or puisse de nouveau se tenir cette année. C’est un moment important pour la démocratie locale, surtout en cette période de grandes turbulences où nous devons redoubler d’efforts pour protéger nos concitoyens et faire face aux défis qui se présentent à nous.

 

Depuis que je suis engagé dans la vie publique, j’ai toujours défendu l’échelon communal car, pour moi, chaque commune compte. Parce que chaque habitant doit pouvoir se voir un avenir là où il a décidé de vivre.

 

C’est pourquoi, en mai dernier, nous avons décidé de fournir un effort historique à l’égard des communes et des habitants avec le « Plan Marshall pour la Côte-d’Or », pour lequel le Département mobilisera 150 millions d’euros d’ici 2028. Ce plan permettra aux collectivités locales de poursuivre leurs investissements et ainsi d’améliorer le cadre de vie des Côte-d’Oriens et de conforter l’attractivité de nos villes et de nos villages. Nos dispositifs d’aide sont aussi simplifiés pour une meilleure lisibilité de nos actions et un portage de projets facilité. Ils sont désormais en vigueur.

 

Ce Plan Marshall pour la Côte-d’Or est un signal fort envoyé au monde rural, qui se sent trop souvent oublié par le pouvoir central. Pourtant, nos territoires ruraux sont une chance pour la France et nous devons veiller à poursuivre un aménagement équilibré sur 100 % du territoire pour que ce sentiment recule.

 

Crise des gilets jaunes, crise sanitaire et maintenant crise économique et sociale avec la guerre aux portes de l’Europe, la hausse continue de l’inflation couplée à une flambée des prix sur les produits de base, les énergies, l’urgence climatique, l’augmentation des taux d’intérêt… nous devons plus que jamais continuer à remplir notre rôle d’amortisseur auprès des Côte-d’Oriens et maintenir nos investissements pour préparer l’avenir.

 

La solidarité territoriale n’est pas une vaine expression en Côte-d’Or et, quoi qu’il advienne, le Département restera le premier partenaire des communes.

François Sauvadet

Ancien Ministre

Président du Conseil Départemental de la Côte-d’Or

RÉGION BOURGOGNE FRANCHE COMTÉ

M.G.Dufay-Edito-Clément-Barré_2020.JPG
REGION BFC Signature 2022_2L.jpg

Les communes sont les piliers de la vie et du développement de nos territoires. En première ligne face aux attentes de nos concitoyens, les maires et élus municipaux agissent au quotidien au service des habitants de notre Région.

De la ruralité aux secteurs urbains, la Région déploie une boite à outils variée, pour accompagner les projets des communes : nouvelles ruralités, nouveaux services, projets innovants, renforcement des centralités rurales, vie dans les quartiers et dans les agglomérations : la Région est là !

Dans un contexte où les tensions sur les finances publiques sont toujours plus fortes, la Région poursuivra son soutien aux territoires en continuant en particulier à s’appuyer sur la contractualisation. Et puisque tous les territoires ne disposent pas des mêmes ressources, ni des mêmes atouts, nous introduisons un nouveau principe de solidarité, qui se traduira par une différentiation de notre soutien aux collectivités, pour donner plus à celles qui en ont le plus besoin. Cette différenciation est basée sur des critères objectifs et nourrie d’un dialogue permanent avec les élus locaux. Nos différences sont autant de complémentarités, elles constituent les points forts de notre région et lui valent d’être résiliente et attractive.

La transition écologique est un autre pilier de notre engagement en direction des territoires : rénovation des bâtiments publics, énergies renouvelables, renaturation, sauvegarde de nos milieux naturels sont quelques exemples de nos politiques dans ce domaine. La révision du SRADDET, lancée dans une logique de dialogue permanent avec les collectivités locales, doit également nous permettre de relever ces défis essentiels pour l’avenir, afin de construire ensemble une Région plus résiliente, plus vertueuse et de cheminer dans l’objectif d’un territoire à énergie positive à l’horizon 2050.

Au nom de la Région Bourgogne-Franche-Comté, je souhaite à l’ensemble des participants de riches moments d’échanges et de rencontres lors de cette édition 2022 du Salon des Maires de la Côte-d’Or !

Marie-Guite Dufay

Présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté

crédit photo : Clément Barré

DIJON METROPOLE

Alors que les deux dernières éditions du salon des Maires n’avaient pas pu se tenir à cause du Covid, c’est un réel plaisir de se retrouver pour l’édition 2022.

Le contexte dans lequel nous nous retrouvons est difficile. Peu importe la strate de la commune, une récente étude du CEVIPOF montre que les maires doivent faire face à des tensions démocratiques de plus en plus prégnantes.  Dans le même temps, les incertitudes financières qui planent sur nos communes rendent complexe la mise en œuvre des politiques publiques alors que nos concitoyens ont besoin de services publics robustes.

Malgré ces difficultés, je veux souligner l’abnégation et le sang-froid nécessaires à la fonction de maire. Etre maire, c'est se battre chaque jour pour sa commune, c'est trouver des solutions pour qu’on vive mieux. Etre maire, c’est garantir et faire vivre les valeurs de la République. Être maire, c'est à la fois porter des projets structurants pour sa commune et s'occuper de la vie des habitants. Etre maire c’est faire preuve de persévérance et de ténacité.

A Dijon, de la persévérance il en aura fallu avant d'inaugurer en mai dernier la Cité internationale de la gastronomie et du vin, nouveau haut lieu culturel de la gastronomie française. Il s’agit surtout d’une véritable vitrine des savoir-faire régionaux. Six mois après son ouverture, notre cité gastronomique a accueilli plus de 400.000 visiteurs parmi lesquels un grand nombre d’entre vous. Pour ceux qui n'ont pas encore eu cette chance, vous êtes évidemment les bienvenus.  Cette cité n’est pas seulement celle des Dijonnais, c’est aussi celle de tous les Côte-d’Oriens en ce sens qu’elle promeut un art de vivre que nous partageons. Ce projet est l'exemple de ce que la volonté politique et le temps permettent de réaliser.

En parlant de ténacité, on ne peut évoquer 2022 sans évoquer notre Université de Bourgogne qui vient de fêter ses 300 ans. Parmi vous, parmi vos enfants ou petits-enfants, parmi les habitants de vos communes, beaucoup ont choisi Dijon pour suivre leurs études supérieures. Notre capitale régionale accueille 40 000 étudiants. Ce chiffre parle de lui-même et il n’est pas anodin. Il s’explique par l’offre diversifiée des enseignements dispensés, mais aussi par la qualité de vie que proposent notre ville et notre métropole. Ce n’est pas pour rien que Dijon est classée sur le podium des grandes villes étudiantes. Et, permettez-moi de le dire ainsi, ce résultat ne serait possible sans réelle volonté politique.

Par ailleurs, être maire c'est aussi et surtout s'occuper du quotidien de nos concitoyens. Après un été caniculaire sans précédent, le changement climatique et la crise énergétique que nous traversons suscitent de l’inquiétude chez les habitants de nos communes.  Dans ce contexte, alors que les marges de manœuvre financières sont de plus en plus minces, comment les maires peuvent-ils faire avancer les réponses aux enjeux environnementaux ? A Dijon, la bonne gestion des finances publiques et le choix d’investir dans les énergies renouvelables nous permettent de mieux encaisser le choc inflationniste et de poursuivre notre transition écologique. En 2023, circuleront les premières bennes à ordures ménagères alimentées en hydrogène vert. Nous poursuivrons le déploiement de notre réseau de chauffage urbain, le 4ème de France. Nous accélèrerons la transformation du quartier de la Fontaine d’Ouche qui va devenir le 1er éco-quartier de France. Nous inaugurerons la centrale de méthanisation à la station d’épuration EauVitale de Dijon-Longvic… Je pourrais citer d’autres projets mais je veux vous dire qu’à travers ces réalisations l’objectif poursuivi est la réduction drastique de nos émissions de gaz à effet de serre, ce qui nous concerne tous.

Agir pour Dijon, c’est agir aussi pour les habitants de la Côte-d’Or.

 

François REBSAMEN

Maire de Dijon   

Président de Dijon métropole

Ancien ministre

Photo-Maire.jpg

Ville de Dijon/Philippe Maupetit

LES TRAVAUX PUBLICS,
Acteurs pour la Bourgogne Franche-Comté

Photo VM 10 2022.jpeg
photo.jpg

La Fédération Régionale des Travaux Publics de Bourgogne-Franche-Comté représente, sur le département de la Côte d’Or, environ 220 entreprises, soit 2 200 emplois, et un chiffre d’affaires de 340 Millions d’euros. La Profession des Travaux Publics est un acteur économique majeur pour le territoire ; les emplois ne sont pas délocalisables !

La Profession soutient l’investissement local contribuant au développement et à l’attractivité des territoires. L’objectif est de créer et entretenir un partenariat gagnant-gagnant.

Les acteurs des Travaux Publics ont deux principaux défis.

Tout d’abord, nous pouvons évoquer celui de la transition énergétique. Les entreprises de Travaux Publics ont su s’adapter en trouvant de nouvelles stratégies innovantes depuis déjà plusieurs années : recyclage des enrobés, développement de nouveaux matériaux ou encore préservation de la biodiversité. La FRTP a créé, il y a une dizaine d’années, un outil au service des entreprises et du développement durable :  ECORSE TP, partenaire incontournable de la Fédération.

 

De plus, la transition énergétique passe et passera par les infrastructures de réseaux que construisent et entretiennent les entreprises de Travaux Publics. Qu’il s’agisse du développement des mobilités douces et/ou propres, des énergies renouvelables ou encore de la préservation de la ressource en eau, le secteur des Travaux Publics est un acteur incontournable de la transition énergétique !

 

Le deuxième défi consiste à faire face aux besoins de main d’œuvre : plus de 550 postes sont à pourvoir chaque année dans la région afin d’assurer le renouvellement de main d’œuvre qualifiée. Les entreprises, très engagées dans la formation et dans l’apprentissage, ont tissé un partenariat étroit avec l’Ecole des Travaux Publics de Bourgogne-Franche-Comté qui compte près de 450 apprentis sur l’ensemble de la région.

 

La FRTP Bourgogne-Franche-Comté s’emploiera encore, avec détermination, à mener des actions en faveur de la promotion des métiers, soutenant les initiatives des partenaires de la formation et de l’insertion professionnelle et mobilisant un ensemble de dispositifs pour répondre à ces besoins.

 

La Fédération continuera aussi de montrer combien les entreprises de Travaux Publics sont et seront essentielles dans l’aménagement durable des territoires et qu’elles sont et resteront aux côtés des Collectivités Locales.